« Regard profond | Accueil | Avoir un bon copain !... »

22/08/2015

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Une inexorable montée vers le Nord pour des raisons économiques. Comme quoi les populations concernées changent mais le problème reste.

JiPhone,
Au départ tout le monde côté maternel était en Calabre. Puis, pour raisons économiques, les parents de ma grand-mère sont venus s' intaller vers Parme. Puis ils ont rebougé (toujours pour raisons économiques ) vers Asti, dans le Piémont ... Puis ...
Quand ma grand-mère maternelle a eu 16 ans , elle est partie seule à Lyon , où l' on recrutait chez les soyeux ( les soieries) du petit personnel non formé et à pas cher .
Elle s' est marié avec un français. Sur Lyon. C' est comme ça que ma mère est née sur les pentes de la Croix-Rousse .
Et que voilà .

Belle ton histoire, Grâce, c'est vrai qu'on a tous connus sa ces soirées ou après-midi photos souvenirs avec de belle découvertes, ceux qu'on reconnaît et ceux qu'on ne reconnaît pas. La plongée dans tout une époque avec les arrieres grands pères à moustaches très sérieux voir un peu sévère devant la maison familiale ou la boutique. Et qui très souvent en France à cette époque s'appelaient Jules.
Dans une autre vie, je lancerais bien un blog qui s'appellerait PhotosHistoires et où on enverrait que des photos qui ont une histoire ou qui racontent une histoire.

Ça nous fait un point commun. D'où ça en Italie ?

Juste un aparté, je ne voudrais pas squater.
Ma grand-mère maternelle venait aussi d' Italie .

Tu peux l'être.
Me souviens, l'hiver, le dimanche lorsque nous étions cloués à la maison, maman sortait parfois les boîtes à chaussures dans lesquelles étaient stockées les photos; une à une, elles passaient dans chaque main, mes parents nous expliquant qui était qui, avec des récits qui me laissaient bouche bée. Il nous fallait plusieurs dimanches pour tout voir. Ces moments là étaient pur bonheur.
La phrase de mon père qui tinte encore dans mon esprit : tu te souviens Germaine !...
(Germaine, c'était maman)
Un sensible mon père, une petite larme au coin de l'oeil quelques fois, venait subrepticement, troublant ma curiosité. On se gardait bien d'en faire la remarque....

Non pas vraiment. Mais je considère ça comme un compliment.
On découvre quelquefois des trésors.

L'air n'est donc pas faux.......on a du déjà te dire que tu ressemblais au Grand Père.
Très émouvant quand nous mettons le nez dans nos photos "héritage".

Grand-Père maternel venu des Pouilles (je sens le jeux de mot à deux balles arriver !) en 1915 par pacifisme sans doute et resté par antifacisme.

Serait ce indiscret que de te demander qui est Luigi par rapport à toi ? Un faux air m'interpelle........
Jean-Marie, va pas te blesser malheureux !

Sur les conseils d'une amie, j'ai repris mon taille-haie...

Je pense que cette photo remonte plutôt aux années d'insouciance de ta maman, Grâce !

Rien ne vau les sons et images l'été, Jean-Marie.
A bientôt.

Quel portrait !... superbe, qui retrace une époque où l'on ne connaissait pas ce mot : paresse ou oisiveté. Une époque où les valeurs étaient intactes et la famille, le fondement essentiel de la vie.

Ils travaillaient dur les "Luigi" en sifflant, en chantant sur les chantiers. (souvenirs des années 60). Et que même, les gamins du quartier, les soirs d'été, allaient chercher les bouteilles vides à étoile pour la consigne. Carambars le lendemain....... Cette photo est beaucoup plus ancienne et me fait penser à mes très jeunes années d'insoucience.

Parfois, on a besoin du son pour pleinement apprécier une photographie. Voilà qui est fait et ça me va très bien.

A bientôt Jean-Pierre.

Un de ces jours, Maria, il faudra que je te raconte l'histoire de sa femme, Stella. Une belle et incroyable histoire ...

C ' est une vraie et belle histoire. Merci, JiPhone.

Luigi dans mon histoire était plutôt bottier et comme tous les italiens immigrés en région parisienne à cette époque, un peu maçon par nécessité (construire la maison pour la famille et y mettre plein de bambini et une autre maison à louer pour arrondir les fins de mois).
D'autres en Lorraine ou dans le Nord étaient mineurs et souvent leader syndicaux parce que si les femmes allaient à l'église, les maris allaient souvent au syndicat voir au parti.
Un autre endroit mais les mêmes idées antifascistes.
Malheureusement la maison et la famille, il n'aura pas eu le temps d'en profiter à cause de ce foutu asthme et d'une erreur médicale (c'est une "tradition familiale").
Saleté de vie.
Mais c'était quelqu'un Luigi, à tel point qu'on en parle encore et qu'on s'est construit sur son modèle à travers plusieurs générations.

ben Anglade dans le Thalis, c' est en voulant tirer la sonnette d' alarme qu' il s' est blessé à la main ....
ça se veut redoutables tous ces mecs ... mais ....
Ouille, là pour le coup JiPhone va être de moins en moins content .

Ben, votre bricolo du dimanche qui travaille exceptionnellement le samedi était à deux doigts de s'entailler très sérieusement la cuisse. Je ne dois mon "salut" qu'à la présence de mon briquet dans ma poche. La lame a butté dessus.

Il faut savoir vivre dangereusement.

Attention de chez attention, JMLG , le redoutable tailleur de haies.
Vos termes employés laissent à désirer quant aux noms des magasins de bricolage de votre hameau.
Si Zap ne "la" relève pas, c' est qu' il a encore ses joints qu' il s' est collé partout dans le ciboulot.

Je bricole un peu le dimanche... C'est bien commode puisque sont interdits tous les engins à moteur.

Cela étant Maria, je peux te conseiller... En ce moment, je m'acoquine avec Leroy Merlin, M. Bricolage et Point P. Non ZAP, je te vois venir... Tu peux donc sortir avant d'entrer...

Et que même ça pourrait être la prochaine thématique : "Je bricole !".

Là-dessus je retourne à ma haie. Et tout comme hier : Boudiou qu'il fait chaud !

Belle journée,

j' ai toujours bien aimé les familles de plombiers ... et les plombiers en général.
D' ailleurs, d' ailleurs, si vous en connaissez un, j' ai un petit problème chez moi de tuyauterie .
Ouille, JiPhone va pas être content ...

Alors là, je suis sidéré... Mais sidéré... Bon, normal, on est samedi !

Maria qui nous la fait "ZAP" !!! Et puis qui connaît le frangin du plombier Nintendo... Les bras m'en tombent... Et pas que les bras...

Luigi ... Luigi .... dans une vie antérieure .... Il avait ce regard là.

( ou peut être le Luigi, le frère de "Mario" de chez Nintendo . Bon, je sors ... )

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Catégories